01/04/2015

Un jeune UDC claque la porte de son parti

Damien Raboud (jeune UDC) : "J'en avais marre d'être dans un parti où les jeunes sont déjà de vieux réac!"

Il y a des moments forts dans une vie, comme ce fut le cas un bon matin pour ce jeune UDC de Monthey, qui s'est réveillé, un jour de printemps, avec "des idées à ne plus savoir qu'en faire" et "sans même parvenir à se l'expliquer". Rencontre insolite du troisième type.

- D. Raboud, comment pouvez-vous nous (vous) expliquer ce revirement pour le moins inhabituel dans un parti adepte de positions fermes et, bien souvent, désuètes ?

"C'est bien pour cela que j'ai enfin sauté le pas. Je crois que mon corps autant que mon esprit n'en pouvaient plus de rabâcher toujours les mêmes refrains, de susciter toujours les mêmes peurs. Je croyais que c'était la meilleure façon de défendre le peuple, mais je me suis trompé. Non, je n'ai pas tué le(s) père(s) en reniant Blocher et Oskar, mais je dois l'avouer par honnêteté : ces deux larrons ont fait plus de mal à la Suisse que tous les gauchistes qui ont existé jusqu'à aujourd'hui!"

- Cela dit, est-ce que vous reniez jusqu'à vos valeurs les plus ancestrales ? Êtes-vous prêt par exemple à chanter un autre hymne suisse que la population aurait plébiscité et d'accepter que les écolières et écoliers ne soient plus obligé-e-s d'apprendre par cœur l'ancien hymne ?

"Oh vous savez, parfois je me demandais si je n'étais pas né trop vieux dans un monde trop neuf, en perpétuelle évolution. A l'UDC, même les sections des jeunes jouent à qui aura avant les autres des idées dépassées. Bref, j'en avais marre d'être dansindex.jpg un parti où les jeunes sont déjà de vieux réac!"

- Vous qui défendiez les inégalités et vous faisiez le pourfendeur des socialistes égalitaristes, est-ce que désormais vous ferez copain-copain avec Cesla Amarelle et défendrez les terroristes pour qu'on ne les renvoie pas dans des pays où ils risquent d'être lynchés ?

"Votre question est double. En ce qui concerne les questions d'égalité, je me laisse encore le temps pour évoluer. C'est vrai que nous sommes toutes et tous différent-e-s (D. Raboud tenait à ce qu'on "épicénise" ses propos, ndlr.), mais il faut une certaine idée de l'égalité pour chacun-e sinon c'est une société à deux vitesse qui risque de s'installer. Pour ce qui est du terroriste, je crois pouvoir dire que nous avons des lois dans ce pays qui protègent tout le monde, y compris les pires personnages, et nous pouvons en être fier-ère.  A cet égard, l'initiative de l'UDC qui vise à nous passer du droit international est donc dès plus dangereuse."


- Comment voyez-vous désormais votre futur politique ?

"Oh jusqu'ici je pensais surtout à plaire à un certain électorat blasé, qui en voulait à la terre entière. Maintenant c'est à moi de commencer à réfléchir, à en finir avec les solutions de facilité. Ma première résolution est d'ailleurs de poster moins d'articles de la plateforme conservatrice "Les Observateurs"".